La révolution du papet vaudois

by

De retour tel un Michel Polnareff boosté au crack prix garantie et après ses deux derniers hits, « la lapine des philippines » et « les gambas chez Carlos, il y en a à gogos », parus voilà de cela une bonne décennie, le flingueur romand Ted Robert rempile pour un dernier block-buster qui à de quoi faire pâlir de jalousie les gros producteurs hollywoodiens et le spectateur suisse lambda, mais pas pour les mêmes raisons.

Désireux de rétablir l’ordre et la justice dans un Lausanne en pleine décadence (trois poubelles auraient brûlé à Cerisaie), Lucky Luke dégaine ses contradictions plus vite que son ombre, tire à vue (de préférence sur les hommes de couleurs) et renvoie Averel et ses cravates de chat au simple rang de faire-valoir. Faisant fi de la loi (désuète) de l’offre et de la demande, le Robert (pas le dictionnaire, on s’en doute bien) attaque les politiciens là ou ça fait mal: le non-sens. Détrônant un général Kadhafi trop sûr de sa force (d’argumentation) du Guiness Book, le futur conseiller municipal réussit la prouesse inégalée d’effectuer un discours de 15 minutes sans lien aucun entre chacune des phrases.

Inattaquable, le shérif incendie les interwievers (qui se seraient dans tous les cas immolés après l’avoir entendu), révolutionne les lois de la rhétorique et bétonne son programme électoral pour s’imposer dans le paysage politique vaudois.

N’oubliez pas, « pour ne pas avoir à sortir vos revolvers, votez Ted Robert, le seul qui passera l’hiver ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :